du 24 avril au 25 mai 2015

Anne Lauzent-Maurel

peintre

Anne Lauzent-Maurel-1Les peintures présentées cette année à la Maison de la Tour par Anne Lauzent-Maurel relèvent d’un choix minutieux opéré pour ce lieu d’exception dans la production des quelques dix dernières années du peintre.
En effet depuis une large décennie la réalisation des oeuvres suit un cheminement de pensée régulier et pérenne autour d’un thème central abordé de manière chaque fois un peu différente : une exploration permanente de la féminité fondée, selon une logique courante, sur sa présence charnelle.
La recherche plastique s’est ainsi fixée sur le corps, organique, et son mouvement interne : ses flux, ses fluides, ses sécrétions multiples, ses humeurs et ses formes.
Plus précisément que la reproduction (la représentation) des corps, et plus largement, il s’agit aussi d’évoquer ici la “condition féminine”, un autre éclairage, plus politique, de l’oeuvre.
La peinture est réalisée sur des panneaux de bois de dimensions variables, enduits à la colle de peau, puis peints à l’huile, élaborés très lentement, d’une manière classique. Le travail s’effectue toujours par séries (annuelle, ou se poursuivant sur 2 ou 3 années) ; ces séries s’enchaînent et découlent très naturellement les unes des autres.
Anne Lauzent-Maurel-2Ainsi des “Sphères vives” (débutées vers 2002-2003) aux “Canopes” (2007/2010), puis aux “Nids” (2012/2013), et enfin très récemment aux “Grottes” (toujours en cours), chaque série met en oeuvre dans son évolution progressive vers l’organique l’idée complexe de germination, d’éclosion, d’épanouissement dans le sexuel, enfin de disparition.
On pourrait parler, simplement, de passage par le vivant, dont le premier support, la première condition est cette présence du corps au monde.
Au sein de l’ensemble que constitue la série, chaque tableau, dont le sujet investit ces formes symboliques du corps ou de “l’idée”de corps (ainsi des Canopes, urnes funéraires de l’Egypte ancienne qui contenaient les viscères du défunt, exemplaires ici, comme cohabitation métaphorique du corps et contenu organique réel), souligne aussi l’idée d’un arrière fond caché, dépositaire d’une entité précieuse qui serait à la fois ce que le féminin recèle comme on l’a vu de potentialité de fécondation, de germination, qui est son propre (organique), et le lieu d’un pur désir charnel, une force vitale, irrépressible, brisant toute contrainte et toute coercition.
Le sujet/corps lui-même semble alors participer de cette violence constitutive, surprenante, et le vase canopé (ou le nid, ou la grotte), conçu comme un écrin, utérin, protecteur, unité close au sein de l’hostilité du monde, est visiblement lui-même oujours débordé, submergé par la volonté exigeante de ce «grouillement» de désir qui le fait voler en éclat. Mort et vie sont alors étroitement liées.
Ce surgissement de la vie, inséparable de sa propre finitude, questionne toujours la permanence et le mystère de la matière, qu’elle soit chair, ou peinture comme ici.
Car il s’agit bien de cela avant tout : chacun des thèmes explorés devient l’expression même de la peinture, elle qui suppose toujours dans sa mise en oeuvre un arrière fond, un sens second (sa part la plus intime), qu’elle tente d’amener au jour.

Patricia Fetet-Meffre

céramiste

Patricia Fetet-Meffre-2Un travail protéiforme Patricia Meffre présente des sculptures en céramique d’aspect monochrome (noires ou blanches ou grises et ses différentes nuances). Ces pièces sont ainsi destinées à jouer subtilement avec la lumière en fonction des traitements de leurs surfaces (aspérités, protubérances, irrégularités diverses, brillances, matités, etc…) qui sont obtenus par différents modes de polissage, de lustrage.
Leurs parois ont reçu diverses interventions (creusements, perforations, évidements, ajouts de matières).
Cette artiste cherche à construire des objets dont les formes, les volumes, voudraient s’inspirer des modes de transformation, de reproduction, de multiplication, de prolifération, que l’on retrouve dans les règnes, minéral, végétal, animal. Par exemple, les galets réalisés entre 2012 et 2014, ont été perforés de multiples trous dans lesquels l’ajout d’une substance phosphorescente les rend visibles la nuit. Ils gagnent ainsi deux vies :
- une vie diurne (qui les rapproche des galets de rivière ou bien des éponges) ;
- une vie nocturne (où mille points lumineux les rend semblables à de petites constellations).
Patricia Fetet-Meffre-3Dans la même perspective, Patricia Meffre aime réaliser des séries d’objets, comme ces formes de tests d’oursins de différentes dimensions disposés sur des graviers noirs, ou bien aussi des “cornes” de terre qui se tiennent immobilisées dans une torsion amorçant la forme de la spirale. D’autres nouvelles formes sont récemment apparues, inspirées d’idées plus abstraites : ainsi, une série des petits gobelets funéraires (2013), ou bien encore des sphères ouvertes, organiques, livrant leur intérieur fascinant (2014), des oscilla suspendus dans un ciel lumineux, et enfin une installation de vulves en terre blanches reposant sur un lit de bris de verre, symbolisant les violences faites aux femmes de par le monde.
Site de l’artiste : www.patriciameffre.com

Vernissage le vendredi 24 avril à 18h30 - Décrochage le samedi 23 mai à 18h30
Du 24 avril au 25 mai 2015 - du mercredi au dimanche de 14h à 18h

Du 16 janvier au 15 février

Thérapart

Therapart hiver 2015Comme chaque année La Maison de la Tour présente cette exposition d'oeuvres de résidents de centres de personnes en situation de handicap.
Pour tous, participants, visiteurs et organisateurs, c'est un extraordinaire moment d'échanges humain, social et artistique; échanges de paroles, de gestes, de gratitude. Les résidents montrent un véritable empressement à participer à cette exposition, qui donne un sens tout particulier à la réalisation de leurs travaux. Montrer son travail, être vu, sortir de l'atelier, partager avec d'autres représente énormément d'appréhension, de courage mais aussi une réelle satisfaction. La créativité, l'esprit de création sont immenses.
La Maison de la Tour présente des peintures, des dessins, des céramiques, des sculptures. Notre travail n'est pas d'analyser mais de montrer, montrer des oeuvres surprenantes, vivantes, interpellantes.

Cette année, deux nouveaux centres participeront à cette exposition :

  • l'Esat de la Haute Lèbre à Revest de Bion (04)
  • le CH Buëch Durance à Laragne (05)

Les autres centres sont:

  • Les ateliers créatifs de Kerchène à Lapalu (26)
  • Les Grands Pins à St-Paul 3 Châteaux (26)
  • Le Village à Pierrelatte (26)
  • l'IME Les Papillons Blancs à Pierrelatte (26)
  • le Béai à Taulignan (26)
  • l'Atelier Extraordinaire à Cavaillon (84)

Cette exposition toute particulière reçoit un public fidèle, intéressé qui, chaque année, se déplace en grand nombre.

Vernissage le vendredi 16 janvier 2015 à 18h30
Exposition du 16 janvier au 15 février 2015 - du mercredi au dimanche de 14h à 18h
Tags:

Du 14 novembre au 21 décembre 2014

Jean-Christophe Schmitt

Jean-Christophe Schmitt 1Jean-Christophe Schmitt 2Peintre et poète, Jean-Christophe Schmitt nous donne à voir une peinture touchante, d'un calme conquis, libérée de tout conformisme où bonheur et gravité s'interrogent mutuellement.
Une atmosphère de rêve en suspens que ponctuent le plus souvent les silhouettes aimées, ou la caresse d'un fruit, ou l'incertaine présence d'objets familiers. Une palette parfois douce, parfois vive. Une subtile lumière. Fondus et transparence. Une nervosité sous-jacente du trait. Une ligne de perturbation abstraite nécessaire à l'émergence d'une intériorité maîtrisée.

Katerina Porter

Katerina Porter 1Katerina Porter 2La représentation humaine, le corps, la silhouette, les visages sont les principaux thèmes du travail de sculpture de Katerina Porter. Elle pétrit directement l'argile, toujours d'après modèle vivant, sans croquis préalable.
Elle construit par touches larges et puissantes des personnages rudes et bruts, immobiles et silencieux, comme des ébauches emplies d’une grande douceur poétique, mystère et âpreté, langueur et immédiateté du touché.
Elle ne travaille pas le détail, mais travaille la matière dans laquelle elle dit se confondre : “… dans un sens, je sens que je suis l'argile !”. Certaines pièces sont ensuite moulées et transformées en bronzes.

Vernissage le vendredi 14 novembre 2014 à 18h30
Exposition du 14 novembre au 21 décembre 2014 - du mercredi au dimanche de 14h à 18h

Du 4 juillet au 10 août 2014

Paul Vergier

Peintre

Pau Vergier, peintreLe travail de Paul Vergier parle surtout du paysage, paysage de campagne en lien avec la terre et l'agriculture, les serres, les labours, la terre retournée ; le paysage urbain, les travaux des rues, les grues, les chantiers de construction, les amas de sable, de ferrailles, les plastiques, en fait tout ce qu'est la vie dans notre société rurale ou citadine à côté de nous, les habitants.
Sa fonction de peintre est d'être le témoin de la vie industrielle et rurale, sans vouloir la travestir en quelque sens que ce soit, ni l'embellir ni l'enlaidir. Sa peinture est une sorte ce constat.
"... "Un vrai peintre" avec tous les dons aujourd'hui encore indispensables en ce domaine : le sens de la couleur, le sens des formes et celui de leurs rapports et, déjà, un certain aplomb dans l'usage qu'il en faisait ; puis – tout aussi nécessaire dans les choses de l'art, à mon idée, une extrême sensibilité, perméabilité au monde qui nous entoure ... que ces dons cherchaient à exprimer...
... ce qui me frappe en définitive le plus en regardant ses peintures, c'est cette force souterraine qui les soulève plus ou moins visiblement, et qui le porte, lui, dans son travail.
Puisse-t-elle surtout, cette force, rester pure, vraie, c'est-à-dire sans apprêts, sans outrances,
sans tricherie, presque innocente comme elle semble l'être aujourd'hui pour notre bonheur..."

Philippe Jaccottet (extraits du catalogue "Paul Vergier Terrien" - 2008)

 

 

Vernissage le vendredi 4 juillet à 18h30
du 4 juillet au 10 août 2014
du mercredi au dimanche de 14h30 à 18h30
Tags:

du 23 mai au 29 juin 2014

Alix de Massy

Plasticienne

Alix Massy et Olivier VerneauAlix de Massy, A travers sa peinture, un langage s'élabore, se prête à des métamorphoses parfois étranges, questionne l'échange entre le territoire intérieur et le monde extérieur, au point que ceux-ci peuvent se confondre et semblent stimuler une création réciproque.
Il faut donc moins lire dans ce travail des troncs, des branches ou des silhouettes qu’une sorte de partition rythmée par les vibrations de la lumière.
Chaque mouvement contribue au glissement vers l’unicité des formes, vers la fusion des teintes qui versent l’une dans l’autre.
Alix de Massy travaille sur des papiers très fins, papier de riz, papier japonais, à l'huile, au pastel, au fusain ou à l'encre de Chine.
Elle poursuit sa recherche dans son atelier cévenol ouvrant sur de grands espaces.

Olivier Verneau

Céramiste

En 2006, Olivier Verneau fait sienne la terre de Lozère. Terre sauvage et généreuse, qu'il saisit à pleines mains, malaxe, modèle, tourne et grave. Naissent alors, jaillies du grès noir ou rouge, des formes – corolles, boîtes, bols -
comme arrachées aux écorces, aux racines, aux lichens et autres champignons qui peuplent les forêts où il aime tant se perdre. Comme s'il voulait se confondre tout entier aux paysages et aux œuvres que ceux-ci lui inspirent.

"Tenir serré le tronc d'arbre que j'enlaçais me permettait de retrouver
ce que les hommes comme moi ne peuvent plus faire.
Pourquoi, tombés, ne se relèvent-ils pas ? Leurs jambes ne les portent plus.
J'arrachai l'écorce, je la mâchai. "
Fred Deux, peintre

Vernissage le vendredi 23 mai à 18h30 en présence des artistes
du 23 mai au 29 juin 2014
du mercredi au dimanche de 14h30 à 18h30

Du 11 avril au 11 mai 2014

Sushung Biggs

Peintures

Sushung BiggsMotivée et encouragée dans son travail par Stella Cardew quande elle était installée à Londres, elle vit aujourd'hui en Provence, les couleurs, la lumière toujours changeante, les paysages  continuent à être l'inspiration de son travail comme tant d'artistes du XXème siècle et d'aujourd'hui. La Provence, le pays rêvé pour tout artiste ! Dit-elle.

Jacqueline Burgher

Peintures

Jacqueline BurgherSa peinture est une recherche sur la couleur, la lumière, la matière. Ses noirs, ses blancs mats et crayeux ou transparents, nous plongent dans les profondeurs de l'introspection. Sombres ou lumineuses, denses et maîtrisées, ses peintures suggèrent la recherche intérieure, ombre ou clarté, silencieuse humanité.

Chantal Lozac’Hmeur

sculptures

Chantal Lozac'HmeurChantal Lozac'Hmeur travaille la terre. Ses œuvres peuvent être des assemblages de formes céramiques avec d'autres matériaux : bois, métal, pierre, cuir, verre… Elle aime intégrer ses sculptures extérieures grandeur nature, en terre réfractaire, dans des installations. L'esprit, l'émotion, l'humour transcendent la matière.

Du 11 avril au 11 mai 2014, du mercredi au dimanche de 14h à 18h
Vernissage le vendredi 11 avril 2014 à 18h30

du 28 février au 30 mars 2014

Patrice Thomas, Tristan Zilberman, Philippe Estienne

Photographes

3 photographes article

Patrice Thomas  - Green impact
«Que voir ? Pourquoi voir ceci et non cela ? Comment le donner à voir ?
Autant de questions qui, peu à peu, l’accompagnent vers un désir d’abstraction.»
 
Tristan Zilberman - Un pont c’est tout
«Cette série de photographies est issue d’un reportage photo à l’occasion de la réhabilitation d’un ancien pont sur le Rhône dans la commune de Rochemaure en Ardèche.»

Philippe Estienne - Blackground
«À la prise de vue, je ne vois que la lumière qui se dessine dans le paysage urbain et je la saisis.
Au moment du tirage je ne vois que la géométrie des ombres que je révèle.»

Du 28 février au 30 mars 2014, du mercredi au dimanche de 14h à 18h
Vernissage le vendredi 28 février 2014 à 18h30.

du 17 janvier au 16 février 2014

Thérapart

cartonTherapart-2014 articleLes personnes en situation de handicap résidant en centres spécialisés exposent leurs œuvres

du 17 janvier au 16 février 2014
vernissage le vendredi 17 janvier à 18h30
ouvert du mercredi au dimanche de 14h à 18h
Tags:

Du 6 décembre au 29 décembre 2013

Noémie Huard

Plasticienne

Noemie Huard

8/8/8
8 artistes / 8 lieux / 8 départements
Exposition en réseau et en partenariat avec la MAPRA

dans le cadre du FOCUS BIENNALE DE LYON 2013

Télécharger l'article

Vernissage le vendredi6 décembre
du mercredi au dimanche
de 14h à 18h

du 25 octobre au 24 novembre 2013

Groupe Enfibre

Autour du velours

Autour du velour

Yaritza Bianchi - Pascale Doire - Claire Girardier 

Anne-Marie Larcher - Jacqueline Mella

Simone Mossé - Colette Ribaud - Mireille Vallet

vernissage vendredi 25 octobre à 18h30
mercredi au dimanche de 14h à 18h

du 12 juillet au 25 août 2013

Gérard Sighicelli

Peintre

Gerard Sighicelli article

éclairs/inserts - peintures années 1993-1999

du 12 juillet au 25 août 2013

du 24 mai au 30 juin 2013

Christine Bry

Peintures

Christine Bry 1 Christine Bry 2 Christine Bry 3

Plus que des peintures rupestres, le travail de Christine Bry semble plutôt une allégorie philosophique sur le thème de la caverne, situation des hommes par rapport à la vraie lumière, c'est-à-dire à la vérité.

Bernard Merle

Peintures

 

Bernard Merle 1 Bernard Merle 2 Bernard Merle 3

Les toiles de Bernard Merle possèdent un étrange pouvoir irradiant. La lumière, l'attente, la mélancolie, le silence, le divin. Sa peinture est faite de couches, de recouvrements, de repentirs, son geste est volontaire, ses personnages sublîmés, univers onirique et atypique. Force et noblesse.

Jean-Raoul Guenassia

Porcelaines

Jean-Raoul Guenassia 1 Jean-Raoul Guenassia 2 Jean-Raoul Guenassia 3

Jean-Raoul Guenassia aime le feu, sa douceur et sa violence, sa subtilité et son éclat. Il tourne des pièces uniques en porcelaine qui cuisent 5 jours et nuits en four à bois "Anagama" à 1320°C. D'autres pièces de porcelaine, émaillées à cru, sont cuites au four à gaz, en monocuisson réductrice, en présence de sel. Les pièces obtenues, touchées par les flammes, évoquent des paysages d'aube ou de crépuscule, le feu a laissé son empreinte.

Ensemble 1 Ensemble 2 Ensemble 3

du 12 avril au 12 mai 2013

Catherine Matausch

pastels - dessins

Catherine Matausch

Catherine Matausch est journaliste à France 3. Ses semaines se déroulent en deux temps :
le journalisme - la peinture
la vie dans une rédaction - la solitude
les mots cadencés par les secondes - le geste sorti du temps.
Elle utilise le pastel sec : cela lui permet d'attaquer le paysage à coups de traits puissants, rapides pour mieux l'imaginer.
"C'est en empruntant un sentier que je me suis perdue dans la colline, enfant. Le souvenir est resté vague et semble avoir constitué ma personnalité"

Francesca Mantovani

photographies

Francesca MantovaniFrancesca Mantovani a commencé la photographie après une hypokhâgne et de études de lettres à la Sorbonne.
La photographie est pour elle un acte poétique, un dévoilement silencieux. Ses clairs obscurs sont des offrandes gustatives, ces nourritures et ces objets éclairés par un rayon absent sur ce noir si dense et si profond nous emmènent dans une œuvre poétique pleine d'humanité.

Ouvert du mercredi au dimanche de 14h à 18h

du 11 janvier au 10 février 2013

Thérapart 2013

Therapart 01 2013 expoLes personnes en situation de handicap résidant en centres spécialisés exposent leurs œuvres

Ouvert du mercredi au dimanche de 14h à 18h
Tags:

du 16 novembre au 30 décembre 2012

Muriel Lattay

Peintures

Muriel Lattay est diplômée des Beaux Arts de Marseille.
Elle peint des pommes, des prunes, des tomates, oignons et poivrons avec un réalisme presque parfait, quasiment photographique.
Photographiques aussi sont ses cadrages et ses dimensions extravagantes.
Elégance d'un drapé d'ail, préciosité de grains de raisins blancs comme sortis d'un tableau flamand.
Elle a le sens du réel, le sens du détail, le sens du toucher, du sensuel.
Et nous, nous ressentons son plaisir du toucher, plaisir des courbes, plaisir du goût, son plaisir de peindre.

Nadine Nacinovic

 

Peintures

 

Nadine Nacinovic est diplômée des Beaux arts de Lyon.
Son travail rappelle le fauvisme caractérisé par l'audace dans les recherches chromatiques,
des couleurs violentes et vives revendiquant un art fondé sur l'instinct.
La profondeur et l'illusion de l'espace sont résolus par la puissance et le choix de la place des tons.
Son geste est large, sa détermination est grande. Sa peinture est emplie de lyrisme, de musicalité.

 

du 16 novembre au 30 décembre 2012

 

 

du 21 septembre au 28 octobre 2012

Michael McCarthy

Michael McCarthy utilise le sténopé, appareil primitif comme moyen d'accès à ce monde qui ne nous est plus familier, celui de notre environnement naturel. Ses tirages sont des cyanotypes.
Son travail évoque des époques oubliées, titanesques, mythiques.
Monde d'avant ou d'après l'humain.

Jonathan Shimony

Pour Jonathan Shimony, nous arrivons à la fin du monde classique.
L'homme est en train de détruire la planète, de détruire tout ce dont il a besoin.
Les chiens symboles de noblesse, de force et de pouvoir bondissent.
Ils sont des chiens fantômes, en très mauvaise conditions, certains ont juste la tête hors de l'eau.

Ils représentent la condition de l'homme.
Les arcs sont sans triomphe.
Les victoires sont sans triomphe.
Ses œuvres se veulent perturbantes, elles doivent poser des questions.

logo-twitter bande logos bas MdT 01 bande logos bas MdT 02 bande logos bas MdT 03 bande logos bas MdT 04 bande logos bas MdT 05 logo-facebook