Olivier Hézard

Olivier Hézard

  • 2010 - Béraud, Hézard, Pécout 29-10 au 21-11

    Du 29 octobre au 21 novembre 2010

    Catherine Béraud-Dufour, peintre

    Catherine Beraud Dufour 1 Catherine Beraud Dufour 2

    Les toiles qu'elle présente montrent sa passion pour les camions. Ces véhicules imposants que nous croisons chaque jour sont le thème de son inspiration et par sa peinture et sa touche très personnelle, elle nous les présente d'une manière très allégorique et troublante.

    Olivier Hézard, photographe

    Olivier Hezard 1 Olivier Hezard 2

    Passionné par les carcasses de voitures qu'il découvre au gré de ses ballades à pied ou en VTT, il montre à travers des photos sobres, nombreuses en noir et blanc, des véhicules abandonnés n'importe où, envahis par les herbes sauvages, écaillés, rouillés, témoins d'une période révolue, vieilles voitures, souvenirs de nos aînés, mélancolie d'un temps passé.

    Béatrice Pécout, sculpteur

    Beatrice Pecout 1Beatrice Pecout 2Beatrice Pecout 3

    Ses sculptures fabriquées dans des matériaux tels que le grillage, le plâtre mais aussi le bronze sont des êtres questionnant la transparence, la lascivité, silhouettes épurées, personnages alanguis, personnages en envol, personnages au repos. Travail de douceur et de poésie.

  • 2011 - Jours de fêtes 2-12 au 22-12

    du 2 au 30 décembre 2011

    Jours de Fêtes

     

    jours-de-fetes2 années d'artistes à la Maison de la Tour

    Bénédicte Barnier - Françoise Bellière

    Catherine Beraud-Dufour - Claire Bogino

    Louis Capron - François Catrin

    Pascal Ciret - Gérard Depralon

    Brigitte Dykman - Olivier Hézard

    Annabel Klein - Pascale Le Mouëllic

  • Olivier Hézard

    Photo de l’œuvre

    Olivier Hezard Cube

    « A propos d’une guerre (1914) : mémoire et médiation de la photographie et de l’artiste »

    Nom prénom

    Olivier Hézard

    Année(s) de résidence au Cube

    2013-2014

    Repères biographiques

    Photographe, plasticien, né en 1965 à Besançon – Diplôme DNSEP des Beaux Arts de Besançon
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    L’intention

    Il y a 4 ans, en 2008, Olivier Hézard entreprend de sauver les images de la guerre de 1914 photographiées par son grand-père et conservées par sa grand’mère dans un album, traces d’un passé qui s’efface physiquement et s’étiole dans la mémoire collective.
    A l’aide d’un vieil objectif macro et d’un appareil numérique, il re-photographie les quelques 450 tirages initiaux qui, pour certains devenaient quasiment illisibles. Retravaillées sur Photoshop, il a redécouvert ces images avec ce regard empreint d’un certain romantisme, parfois même bucolique, sur fond d’évènements tragiques. Le résultat de ce travail de restauration exécuté en lumière naturelle fait ressortir la texture du papier, le grain de la photographie, des détails jusque-là inconnus, avec une étrange netteté. Il en ressort des images souvent énigmatiques, vaporeuses, pleines de mystères qui font penser à Ortiz Echaguë ou Simon Marsden. Contre-pied de la photo journalistique et évènementielle, ce regard est une empreinte personnelle de l’histoire de son grand-père dans LA grande histoire » qui retient tout l’intérêt du Cube, qui a choisi de s'impliquer dans les événements culturels relatifs à la commémoration du centenaire de la guerre 14-18, en permettant à des artistes de créer et s'exprimer sur ce sujet mémoriel.

    La création, en 2 temps

    En 2013, la résidence a pour objet de rendre «lisible» par la présentation (exposition) et le discours (ateliers, visites commentées) à des publics jeunes et adultes, ce que constitue une oeuvre de médiation dans un travail de mémoire de faits qui ne peuvent plus être racontés autrement que par le texte, l’image ou le son. Le regard est ici l’empreinte de l’artiste et plus particulièrement du photographe. A une époque où la relation à l’information, à la médiatisation des faits suppose une indispensable éducation, parler de mémoire et qui plus est de devoir de mémoire exige de donner à comprendre le rôle du médiateur ou du medium ou des deux. L’artiste a choisi de donner sens aux traces anciennes en les revisitant par le présent, à partir d’un reportage photographique sur les lieux, les emplacements exacts autour de Verdun retrouvés à partir des documents photographiques « restaurés » de son grand-père, de notes jointes à l'album, des titres.
    Outre l’émotion d’Olivier Hézard devant les traces de ce passé, on comprendra qu’il lui soit apparu important, dans ses implications personnelles ou sociales, dans des formes artistiques différentes, de donner à penser sur la mémoire de faits qui ne ressortiront bientôt plus de témoins mais de traces.
    En 2014, la résidence est consacrée à la valorisation d’un fond photographique exceptionnel à plus d’un titre qui permet de nombreuses formes d’exploitation. Outre une exposition, il est envisagé un développement éditorial sous 2 formes : une exposition itinérante « A propos d’une guerre (1914) : mémoire et médiation de la photographie et de l’artiste » et une publication, récit dans lequel l’artiste racontera son histoire personnelle et sa démarche de photographe.

    La restitution

    Dans l’exposition « Empreinte et mémoire 2 regards sur la guerre de 14-18 » qui s’est déroulée à la maison de la tour du 13 septembre au 26 octobre 2014, Olivier Hézard a juxtaposé les images retrouvées à celles d'aujourd'hui, les a confrontées à son propre regard, organisant ainsi une rencontre du passé et du présent. C’est à cette rencontre qu'il a convié le visiteur de l'exposition".

    La diffusion

    Un ouvrage dans le « collection du Cube » coéditée avec les Editions Marie Delarbre de Taulignan.
    Une mallette constituée de 20 photographies permet l’itinérance de l’exposition « A propos d’une guerre (1914) : mémoire et médiation de la photographie et de l’artiste », conçue pour deux situations d’utilisation en exposition et en exploitation pédagogique des photographies. Un livret d’accompagnement facilite ces deux usages en livrant des indications sur la démarche et les techniques de l’artiste.
    Une publication du récit de «l’aventure » vécue par Olivier Hézard dans sa rencontre avec son histoire et l’Histoire, récit dans lequel l’artiste raconte son histoire personnelle et sa démarche de photographe. Format 21x29,7 à la française - 96 pages + couverture - Mise en page et photogravure de l’artiste. Tirage prévu de 1000 exemplaires.

    Les partenaires

    Les photos exposées ont été tirées par La Fabrique de l’image, en Drôme, « atelier pour les photographes professionnels ou amateurs, qui souhaitent un accompagnement, un regard tiers, dans la réalisation de leurs tirages, pour une interprétation au plus près de leurs attentes ». http://www.fabrique-image.fr

    Travaux récents

    • 2011 : Exposition à la maison de la Tour à Valaurie sur le thème des anciennes publicités peintes que le temps fait disparaître
    • 2010 : exposition à la maison de la Tour à Valaurie sur le thème des carcasses automobiles oubliées
  • Olivier Hézard (sep-oct. 2014)

    du 13 septembre au 26 octobre 2014
    à la Maison de la Tour à Valaurie

    Olivier Hézard, photographe, plasticien

    Exposition "Empreinte et mémoire, 2 regards sur la guerre de 14-18"

    Exposition
    Ouvrage
    Malette pédagogique

    Olivier Hezard

    Dès 2008, Olivier Hézard entreprend de sauver 400 clichés retrouvés dans la maison de famille, clichés pris par son grand-père, médecin militaire lors de la guerre de 1914/1918. Lorsqu’en 2012, le Cube décide de s'impliquer dans les événements culturels relatifs à la commémoration du centenaire de la guerre 14-18, en permettant à des artistes de créer et s'exprimer sur ce sujet mémoriel, la démarche entreprise par Olivier Hézard retient toute son attention. En tant que travail de mémoire, mais aussi comme mise en valeur d’une empreinte personnelle, originale, de l’histoire de son grand-père durant la guerre de 1914/1918 dans LA grande Histoire, contre-pied de la photo journalistique et évènementielle.
    Le travail en résidence, en 2013, a eu pour objectif de rendre «lisible» par la présentation (exposition) et le discours (ateliers, visites commentées) à des publics jeunes et adultes, ce que constitue une œuvre de médiation, dans un travail de mémoire de faits qui ne peuvent plus être racontés autrement que par le texte, l’image ou le son. Outre leur restauration, les clichés de l’époque ont été enrichis par des clichés actuels pris sur les mêmes lieux et retrouvés par l’artiste.
    La résidence est relatée dans un livre de la « collection du Cube » coéditée avec les Editions Marie Delarbre de Taulignan.
    Une exposition itinérante est réalisée à partir de fonds de photos exceptionnel réunies.

    En savoir plus sur Olivier Hézard
logo-twitterbande logos bas MdT 2017 logo-facebook