Patricia Fetet-Meffre

Patricia Fetet-Meffre

  • 2015 - Anne Lauzent-Maurel - Patricia Fetet-Meffre - 24-04 au 25-05

    du 24 avril au 25 mai 2015

    Anne Lauzent-Maurel

    peintre

    Anne Lauzent-Maurel-1Les peintures présentées cette année à la Maison de la Tour par Anne Lauzent-Maurel relèvent d’un choix minutieux opéré pour ce lieu d’exception dans la production des quelques dix dernières années du peintre.
    En effet depuis une large décennie la réalisation des oeuvres suit un cheminement de pensée régulier et pérenne autour d’un thème central abordé de manière chaque fois un peu différente : une exploration permanente de la féminité fondée, selon une logique courante, sur sa présence charnelle.
    La recherche plastique s’est ainsi fixée sur le corps, organique, et son mouvement interne : ses flux, ses fluides, ses sécrétions multiples, ses humeurs et ses formes.
    Plus précisément que la reproduction (la représentation) des corps, et plus largement, il s’agit aussi d’évoquer ici la “condition féminine”, un autre éclairage, plus politique, de l’oeuvre.
    La peinture est réalisée sur des panneaux de bois de dimensions variables, enduits à la colle de peau, puis peints à l’huile, élaborés très lentement, d’une manière classique. Le travail s’effectue toujours par séries (annuelle, ou se poursuivant sur 2 ou 3 années) ; ces séries s’enchaînent et découlent très naturellement les unes des autres.
    Anne Lauzent-Maurel-2Ainsi des “Sphères vives” (débutées vers 2002-2003) aux “Canopes” (2007/2010), puis aux “Nids” (2012/2013), et enfin très récemment aux “Grottes” (toujours en cours), chaque série met en oeuvre dans son évolution progressive vers l’organique l’idée complexe de germination, d’éclosion, d’épanouissement dans le sexuel, enfin de disparition.
    On pourrait parler, simplement, de passage par le vivant, dont le premier support, la première condition est cette présence du corps au monde.
    Au sein de l’ensemble que constitue la série, chaque tableau, dont le sujet investit ces formes symboliques du corps ou de “l’idée”de corps (ainsi des Canopes, urnes funéraires de l’Egypte ancienne qui contenaient les viscères du défunt, exemplaires ici, comme cohabitation métaphorique du corps et contenu organique réel), souligne aussi l’idée d’un arrière fond caché, dépositaire d’une entité précieuse qui serait à la fois ce que le féminin recèle comme on l’a vu de potentialité de fécondation, de germination, qui est son propre (organique), et le lieu d’un pur désir charnel, une force vitale, irrépressible, brisant toute contrainte et toute coercition.
    Le sujet/corps lui-même semble alors participer de cette violence constitutive, surprenante, et le vase canopé (ou le nid, ou la grotte), conçu comme un écrin, utérin, protecteur, unité close au sein de l’hostilité du monde, est visiblement lui-même oujours débordé, submergé par la volonté exigeante de ce «grouillement» de désir qui le fait voler en éclat. Mort et vie sont alors étroitement liées.
    Ce surgissement de la vie, inséparable de sa propre finitude, questionne toujours la permanence et le mystère de la matière, qu’elle soit chair, ou peinture comme ici.
    Car il s’agit bien de cela avant tout : chacun des thèmes explorés devient l’expression même de la peinture, elle qui suppose toujours dans sa mise en oeuvre un arrière fond, un sens second (sa part la plus intime), qu’elle tente d’amener au jour.

    Patricia Fetet-Meffre

    céramiste

    Patricia Fetet-Meffre-2Un travail protéiforme Patricia Meffre présente des sculptures en céramique d’aspect monochrome (noires ou blanches ou grises et ses différentes nuances). Ces pièces sont ainsi destinées à jouer subtilement avec la lumière en fonction des traitements de leurs surfaces (aspérités, protubérances, irrégularités diverses, brillances, matités, etc…) qui sont obtenus par différents modes de polissage, de lustrage.
    Leurs parois ont reçu diverses interventions (creusements, perforations, évidements, ajouts de matières).
    Cette artiste cherche à construire des objets dont les formes, les volumes, voudraient s’inspirer des modes de transformation, de reproduction, de multiplication, de prolifération, que l’on retrouve dans les règnes, minéral, végétal, animal. Par exemple, les galets réalisés entre 2012 et 2014, ont été perforés de multiples trous dans lesquels l’ajout d’une substance phosphorescente les rend visibles la nuit. Ils gagnent ainsi deux vies :
    - une vie diurne (qui les rapproche des galets de rivière ou bien des éponges) ;
    - une vie nocturne (où mille points lumineux les rend semblables à de petites constellations).
    Patricia Fetet-Meffre-3Dans la même perspective, Patricia Meffre aime réaliser des séries d’objets, comme ces formes de tests d’oursins de différentes dimensions disposés sur des graviers noirs, ou bien aussi des “cornes” de terre qui se tiennent immobilisées dans une torsion amorçant la forme de la spirale. D’autres nouvelles formes sont récemment apparues, inspirées d’idées plus abstraites : ainsi, une série des petits gobelets funéraires (2013), ou bien encore des sphères ouvertes, organiques, livrant leur intérieur fascinant (2014), des oscilla suspendus dans un ciel lumineux, et enfin une installation de vulves en terre blanches reposant sur un lit de bris de verre, symbolisant les violences faites aux femmes de par le monde.
    Site de l’artiste : www.patriciameffre.com

    Vernissage le vendredi 24 avril à 18h30 - Décrochage le samedi 23 mai à 18h30
    Du 24 avril au 25 mai 2015 - du mercredi au dimanche de 14h à 18h
logo-twitterbande logos bas MdT 2017 logo-facebook